Savannakhet

Savannakhet ou Savan demeure une ville Laos bercée par l’inébranlable écoulement du fleuve Mékong. Certes paisible, cette localité cache moult activités à essayer en son centre et à ses alentours. Tantôt, on s’y laisse séduire par les anciens bâtiments coloniaux de sa rue principale, tantôt on préfère les excursions et les trekkings au coeur de ses zones protégées .

Histoire

Selon les études menées, Savannakhet aurait accueilli ses premiers habitants vers le XVIIe siècle. Quatre dizaines de familles originaires du village de Phonsim y auraient immigré. Mais on n’a encore aucune certitude sur ces données.

Par contre, on sait qu’en 1893 l’Indochine française avait mené un conflit frontalier aux abords du Mékong. Une lutte qui permit à la France d’étendre son territoire sur les rives Est de ce grand fleuve et d’établir la ville de Savannakhet en 1894. Rapidement, cette localité est devenue un axe économique majeur pour le pays. Au début, les Français usaient du Mékong comme voie de transport de marchandises. Par la suite, cette métropole européenne a mis en place dans la ville un réseau de transbordement fluvial et terrestre, des centres de télécommunication, ainsi qu’un chemin de fer.

Cet essor palpable engendra de nouveaux peuplements dans la région. Chinois et Vietnamiens y vinrent pour s’y installer dans les années 20 et 30.

Aujourd’hui, son paysage urbain est agrémenté de divers vestiges historiques et économiques dont : le second pont de l’amitié Lao-Thaï (édifié en 2007 et reliant cette région du Laos Sud à la ville thaïlandaise Mukdahan) ; sesbâtiments coloniaux ; et la route la joignant à Quang Tri au Vietnam.

Aujourd’hui

Certes, les folles animations ne sont pas taillées pour cette ville. Néanmoins, son ambiance tranquille et sa chaleureuse population en font un lieu de charme. Parmi les sites immanquables se distinguent :

Ses bâtiments coloniaux

Ces maisons à architecture coloniale française font souvent l’objet de l’ébahissement des voyageurs. Villas, maisons personnelles et bâtiments administratifs y pullulent ici et là. Datant des années 1920, la plupart de ces constructions ont été délaissées mais d’autres ont reçu quelques travaux de ravaudage. Leur beauté ne peut s’admirer que de l’extérieur car toutes sont des propriétés interdites d’accès.

Ses temples bouddhistes

Savannakhet compte de nombreuses étonnantes et grandes pagodes bouddhistes. Par exemple, l’ancien monastère Wat Xayaphoum qui a été construit en 1542 et qui se trouve en face du Mékong illumine la ville de son architecture traditionnelle. Il sert de lieu de culte et d’école pour les apprentis bonzes. Aussi, c’est un lieu de célébration de nouvel an Lao et du f estival de course de bateau Boun Suang Huea. En son intérieur, on a la fameuse bibliothèque Ho Tay abritant de vieux manuscrits de 200 ans fabriqués en feuilles de palmiers.

Ses temples ne se limitent pas à ce Wat. Parmi ses autres pagodes se démarquent : le Wat Rattanalangsi avec son école de moines et son long bouddha couché sur 15 mètres ; et le Wat Ing Hang avec ses rangées de statues et sa fameuse relique (vertèbres de Bouddha).

Autres temples religieux

En plus de ses monastères bouddhistes, la ville de Savannakhet possède d’autres bâtiments religieux comme le récent temple chinois, une mosquée et une église catholique pour les Vietnamiens de la région ( Eglise de Sainte Thérèse).

Ses musées

Pour ceux qui s’intéressent particulièrement à la guerre du Viêt Nam, le musée provincial est à voir. Des photos historiques ainsi que quelques objets archéologiques y sont exposés.

Parmi les autres sites d’exposition phare se distingue le fameux musée des dinosaures. Cet engouement pour ces « lézards géants » à Savannakhet provient du fait qu’on y a inventorié quelques fossiles. Un français y avait découvert dans les années 30 une dent de tyrannosaure. Dans cette curieuse galerie sont entreposés les squelettes de ces animaux préhistoriques récupérés au site d’extraction à proximité du village de Ban Tang Vay.

Les ruines de HeuanHin

Heuan Hin ou la « maison de pierre » continue d’être un lieu de culte sacré pour les locaux et pour le festival de Boun Heuan Hin. Elle présente dans son architecture l’héritage de l’art khmer et quelques traits de ressemblance avec Wat Phu de Champassak.

En plus de ces lieux emblématiques, la ville propose différentes activités destinées à pimenter un séjour à Savannakhet, dont :

Les randonnées écologiques

Ces promenades en forêt se réalisent en dehors du centre-ville. Question d’une journée ou de plusieurs jours, il s’agit de visites guidées au sein des zones NPA (aires protégées nationales) de la région dont : Dong Natad, Don PhuoVieng et Phu Xang Hae.

Les treks

Pour les plus vaillants et les plus aventureux, les trekkings à Savannakhet promettent d’être des plus passionnants. Dans la NPA de Dong Phu Vieng, on y va pour rencontrer les Katang (ethnie adorant les esprits sylvestres). À Dong Natad, on part pour visiter les mines de sel, son lac sacré, ses villages vieux de 400 ans et le stupa de Wat Ing Hang. Sur le chemin, on se délecte de voir la richesse de sa flore mais surtout de sa faune : oiseaux, araignées géantes, fourmis rouges, etc. À Don Phu Vieng, il y a son surprenant « arbre à pétrole » et « arbre à pepsi ». On y admire la beauté de ses calaos sauvages et autres animaux rares. Ceux qui optent pour ce trip auront le plaisir d’apprendre les vertus des feuilles, herbes et fruits locaux ; et le rituel Bai Cii des villages alentour.

En dehors des NPA, il est aussi possible de faire un peu trekking sur le sentier Ho Chi Minh sous l’assistance d’un guide ou bien dans la région montagneuse de Phu Xang Hae près du village des Phu Tai.

Climat et géographie

Savannakhet, Savan ou Kaysone Phomvihane demeure la deuxième ville la plus peuplée après Vientiane : 124 000 habitants environ. Au vu de son histoire et de son importance économique, elle possède une population bigarrée par des Lao, des Thaïlandais, des Vietnamiens et des Chinois. Située au Sud du pays, elle est la capitale de la province du même nom et fait partie du district de Kaysone Phomvihane.

Aussi, il faut savoir que les mois où la région est la plus belle sont compris entre octobre et avril. De février à juin, les températures sont élevées, surtout en avril avec 37°C. En décembre, il fait sec mais un peu froid. Et les mois à éviter vont de mai à août.

Comment s’y rendre ?

En avion

La nationale Lao Airlines reste l’unique transporteur desservant l’aéroport de Savannakhet(ZVK). Celui-ci assure des vols directs à destination et en partance de Vientiane . On peut également débarquer à Savan depuis le vol direct national de Paksé. Ce trajet-ci est disponible trois fois par semaine : le dimanche, le vendredi, et le mercredi. Autrement, une liaison avec Bangkok est fonctionnelle les mêmes jours.

En bus

Cette ville lao se situe au croisement nord-sud de la route 13 et est-ouest de la route 12. Ce qui fait qu’en bus, il existe diverses connexions pouvant y mener.

De Vientiane (9 heures de trajet en moyenne) : en bus local, le voyage coûte 75 000 kips par personne et 25 000 kips par vélo et prévoit plusieurs haltes en chemin (passagers et marchandises). En bus VIP, on a moins d’arrêts et plus de confort (climatisation, toilettes, sièges réservés, lits superposés pour les trips nocturnes). La place coûte 120000 kips pour un bus avec lit et 110000 kips pour un modèle avec siège.

Les voyages en bus locaux sont nombreux. Plusieurs villes et localités en proposent depuis Thakhek, de Paksé, des4000 îles, de Sekong, de Salavan, d’ Attapeu et deSepon.

Les gares routières de Savannakhet admettent également des bus en provenance des pays voisins du Laos :

  • du Vietnam : pour ce voyage, il faut compter 5 heures sur route pour 35000 kips la place. Le bus part de Dansavan trois fois par jour et passe par Sepon.
  • de la Thaïlande : depuis Mukdahan, le trajet coûte 14000 kips et passe par le deuxième pont de l’amitié Lao-Thaï. Il est important de régulariser son visa au service d’immigration du pays.

Comment circuler ?

Sans conteste, les balades à pied et à vélo s’avèrent les moyens par excellence pour déambuler dans la ville et pour en explorer les recoins.

Pour couvrir de longues et minimiser les dépenses d’énergie, les tuk-tuksy circulent à tous les coins de rue. C’est parfait pour se rendre rapidement à un lieu donné mais il faut bien négocier le prix avant d’embarquer.

Infos utiles

Certaines précautions sont à prendre avant de fouler le sol de Savannakhet :

  • faire attention aux chiens de rue : ils sont les plus agressifs du Laos. Dans certains quartiers, ils courent après les cyclistes et les piétons surtout quand il fait très chaud, de jour comme de nuit.

· être prudent sur la route : beaucoup de jeunes locaux à moto slaloment à travers les rues, sans équipements de protection, sans foi ni loi et surtout sans limite de vitesse.

· connaître les tarifs en vigueur : l’entrée est gratuite au musée provincial (ouvert du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h30 à 16h). Pour ce qui est de la galerie desdinosaures, l’accès est payant : 10000 kips les étrangers (horaires : de 9h à 11h30 et de 13h30 à 16h/prises de clichés interdite). L’entrée au Stupa de Wat Ing Hang coûte 5000 kips.

· les ATM : de nombreux guichets automatiques de la BCEL acceptent les cartes de crédit VISA et Mastercard pour des retraits maximum de 500000 kips et 20000 kips de commission. Près de l’ancien marché de la route de Latsavongseuk, la banque de Phongsavanh plafonne ses retraits à 1000000 de kip et accepte les cartes Maestro, Mastercard et Cirrus.

· la prise de photos de la base militaire prohibée à Seno

· penser à protéger ses appareils électroniques avec des contenants étanches lors de la célébration du Pee Mai Lao

Que faire ?

· dénicher quelques bons plans d’activités à faire auprès dubureau d’information touristique ou du café de Lin et y récupérer une carte de la ville

· assister à la joyeuse célébration du Pee Mai Lao (nouvel an laotien) entre le 14 et le 16 avril

· se créer de mémorables souvenirs en visitant chaque temple

· voir les os des dinosaures du musée de la ville

· flâner ici et là et admirer la beauté des bâtiments à architecture coloniale française

· passer par le bureau de l’UXO SVK (UnexplodedeOrdnance Savannakhet)

· se rafraîchir dans la piscine publique de Tha le Savan quand la température atteint des sommets

· s’adonner aux randonnées écotouristiques et au bonheurdu trekking

· se relaxer avec un massage Lao ou avec un massage à l’huile au Dok Champa Kha, au Massage Association of the Blind

· participer et/ou assister aux divers festivals locaux: le BounPhaThaPhonh (3 jours de fête durant de mois de février), le BounHeuanHin (mi-mars), le BounPavet (parade de l’éléphant) et le BounBangfai (festival des fusées) à Champhone (fin avril et début mai), leBounSuangHeau ou course de bateau (mi-octobre), et le BounPha That Ing Hang

· découvrir les produits d’artisanats et locaux à l’ODOP (One District One Product) et au Savanxay Market

· profiter d’une belle balade le long du Mékong

Bonjour

Je suis Laurent de "Laos Mood Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+ 856 (0)21 254 366