Lak Sao

Au Laos, on compte par dizaine les villes et villages de transit. Par manque de curiosités touristiques, ces localités représentent uniquement pour les globetrotteurs des points de passage ou des points de départ vers des aventures plus palpitantes. C'est le cas de Lak Sao, une petite cité du district de Khamkeut chargée d'histoire et de poussière. Elle n'a d'intérêt que son dédale de marchés et son distributeur de billets. Les perles de cette cité se rencontrent surtout à ses abords.
Grottes calcaires, montagnes de karsts, sources chaudes et villages demeurent ses plus belles attractions. Que vous soyez routard pur jus ou simple voyageur, la route qui mène vers cette destination laotienne est marquée par de magnifiques décors et trésors naturels. Et à travers la route 8, suivez le sentier que l'Armée Royale Laotienne a emprunté pour repousser en vain les forces communistes nord-vietnamiennes.
## Un passé marqué par la guerre

Les Laotiens se souviendront toujours de la bataille de Lak Sao. Cette dernière eut lieu entre novembre 1963 et janvier 1964. Elle joua un rôle phare dans le déclenchement de la guerre civile ayant sévi au pays.
À l'époque, la direction de l'Armée Royale du Laos (RLA) se trouvait entre les mains du général Phoumi Nosavan. En novembre 1963, cet homme amorça une attaque militaire contre des occupants communistes nord-vietnamiens de passage dans la partie septentrionale du pays. Il agit en partenariat avec les Forces Armées Neutralistes (FAN) afin de bloquer le panhand lao supérieur et ainsi diviser ces forces antagonistes.
En ces temps, les Américains assuraient par procuration un rôle consultatif pour le compte du régime royal laotien. L'Ambassade américaine n'avait toutefois pas approuvé les actions de Phoumi mais ce dernier persista dans ses actes d'éviction de ces forces communistes. Ce général les repoussa de Nhommarath au nord en direction de Lak sao jusqu'à la frontière vietnamienne à l'est (du côté du col de Napé). Des consultants de la CIA l'avaient mis en garde sur les réactions de ces rebelles, mais Phoumi fit mine d'ignorer cet avertissement.
Progressivement, l'alliance RLA et FAN ont rabroué les rebelles. Elle a d'abord occupé Lak Sao puis s'est petit à petit déplacée vers le col de Napé. Après avoir dispersé un premier blocage des forces du Pathet Laotien, la RLA a alors rempli sa mission jusqu'à ressentir de lourdes contre-offensives de la résistance.
Durant le mois de décembre 1963, les communistes ont mis au pied du mur deux bataillons de parachutistes (11e et 55e) de l'armée royale. Aussi, l'Armée Populaire du Vietnam (PAVN) a balayé un bataillon de volontaires 34 de la RLA.
Face à autant d'échecs, les Forces Armée Royales (FAR) ont conclu cette bataille de Lak Sao en janvier 1964 avec une cuisante défaite. Leur insuccès se solda sur la cession du plateau de Nakay au profit des communistes.
Cette bataille constitua le second assaut inabouti du Général Phoumi Nosavan, avec la bataille de Luang Namtha. Elle constitua également une énorme aubaine pour le Pathet Laotien vu qu'elle permit de déposséder la RLA d'une grande partie de sa force de réserve.
## Aujourd'hui

Lak Sao ou Lak Xao qui signifie « km 20 » en laotien se localise à une trentaine de kilomètres de la frontière vietnamienne. Celle-ci fut établie récemment et se dépeint actuellement comme une cité poussiéreuse et forestière traversée par deux rues. Autrefois, les locaux y commercialisaient divers types de gibier dorénavant protégés. Aujourd'hui, ils vivent principalement de l'exploitation du bois.
Cette localité fait partie dans la province de Bolikhamsai. Beaucoup de voyageurs la considèrent comme une simple étape de la boucle de Thakhek ou un point de départ pour des excursions vers la piste Ho Chi Minhn et la réserve naturelle de Nakai-Nam Theun NBCA. Les voyageurs y viennent pour faire le plein d'essence et se reposer un instant avant de reprendre la route.
Il y a peu de choses à voir en son centre. Prendre le temps d'en découvrir ses recoins, c'est passer devant ses nombreuses maisons hôtes à l'allure soignée et ses restaurants plantés le long de ses rues. Ce que l'on y apprécie surtout : flâner à travers son labyrinthe de marchés, regarder sa file de camions percer la route vers Vientiane, échanger des devises auprès des ATM et observer le quotidien de ses habitants.
Elle est loin d'offrir un cadre d'exception avec son épaisse couche de poussière cependant, c'en est autre pour ses alentours. Lak Sao est entourées d'impressionnantes montagnes aux falaises de calcaire en lames de scie. La route qui y mène s'avère d'un grand intérêt. Effectivement, voyager vers cette destination permet de parcourir moult bourgades de minorités, dont des Hmong (Kao et Lay) et des Thaï Men. À 17 kilomètres au nord-ouest de la ville sur la route 8 se dressent les grottes calcaires de Mong Khon. Durant la guerre d'indépendance, des résistants s'y sont abrités. Il est également possible de jeter un œil à l'ancienne base militaire française non loin de la frontière lao-Vietnamienne, au village Ban Napé. Et pour une parenthèse détente, on profitera des sources chaudes de Ban Pak Nam Eun à proximité de ce même bourg. Ces bains constituent une pause parfaite pour se débarrasser de la fatigue d'un long trip au Laos ou de la boucle de Thakhek. À l'occasion, on allongera le pas en direction du mont Phou Phaa Phi Hong. Ce coin livre un saisissant panorama sur la région autour et la montagne du poste frontière.
## Quand venir ?

Le climat y est chaud et tempéré. En été, il pleut beaucoup plus qu'en hiver. Sur l'année, la température moyenne s'élève à 22.8 °C et les précipitations sont estimées à 2208 mm.

Si vous projetez d'y faire un tour, choisissez une période entre le mois de novembre et de mars. C'est à ce moment que la météo s'annonce agréable et douce. Notamment, janvier est le mois idéal avec ses 17.8 °C de température moyenne et sa faible pluviométrie (5 mm de précipitation). C'est parfait pour rejoindre des sites éloignés, dont des grottes et des sources chaudes.
## Comment s'y rendre ?

Cette ville est plantée sur la route 8 reliant la capitale laotienne Vientiane et la vietnamienne Vinh. Pour y aller, on peut prendre un bus à la capitale et descendre à mi-parcours. Le trajet coûte 40 000 kips et dure 9 heures.
## Infos utiles

Si Lak Sao est considérée comme une simple ville étape, on peut tout de même y bénéficier de précieux services. Notamment, on y trouve un ATM ou distributeur automatique de billets ouvert 24 heures sur 24. Aussi, il y a un service de change auprès du Lao Development Bank où l'on peut troquer du baht thaïlandais, dollar australien, livre sterling et dong vietnamien contre des kips.

Bonjour

Je suis Laurent de "Laos Mood Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+ 856 (0)21 254 366