Champassak

Ancienne cité royale, Champassak se décrit actuellement en une paisible ville de la province du même nom. Cette localitédu Sud du Laosfigure parmi les coinsles plus appréciésdu pays pour son charme folklorique. Et pour cause, elle abrite de nombreuses curiosités comme les ruines khmères du temple Wat Phou. Certains de ses sitesenvironnants suscitent également un réel engouement auprès des touristes étrangers : Don Daeng, les4000 îles ou encore les hauts plateaux des Bolovens.

Réputée pour sa tranquillité et son côté désœuvré, cette ville se trouve à environ 28 kilomètres de Paksé : la capitale actuelle de la province de Champassak. Elle se love au pied de deux montagnes : le Phou Koa (montagne du chignon) et le Phou Kiou (montagne de la faille). Elle longe le grand fleuve Mékong sur 7 kilomètres d’un côté et est jouxtée par une grande étendue de rizières. C’est une agréable destination où il fait bon de se promener.

Quelques bribes d’histoire

L’histoire de la ville de Champassak ne saurait se défaire de celle de sa province. En outre, l’ensemble de la régionfut établie entre le siècle Ier et le IXème siècle sous les royaumes de Funan et de Chenla. Elle tomba ensuite sous le joug de l’ Empire Khmer entre le Xème siècle et le XIIIème siècle. Ce n’est qu’au XVIIIème siècle qu’ellegagnason autonomie.

Durant l’occupation française, elle porta le nom de Bassak. A l’époque, la province avait pour capitale la ville de Champassak. Cette dernière constitue de nos jours une simple localité de cette même province. Le statut de capitale fut remis à Paksé.

Aujourd’hui

Le visage actuel de Champassak arbore un mélange entre bâtisses à architecture coloniale française (datant du début du XXème siècle) et maisons traditionnelles en bois sur pilotis. Elle est formée d’un ensemble de villages où Lao Loum et Lao Thin résident.

Sa seule route est bordée par deux bâtiments princiers, après le rond-point direction Sud. Sur la route vers le temple de Wat Phou se dressent d’autres petites pagodes (monastère d’or ou Wat Thong) et une Eglise catholique, le grand Bouddha de Sisoumangassis entre deux arbres, ainsi que des hôtels et guesthouses de différents standings.

Monument et patrimoine culturel

Son patrimoine culturel rassemble officiellement le Wat Phou, un système hydraulique long de 10 kilomètres, et deux anciennes cités aux abords du Mékong et du mont Phou Kao.

Depuis 2001, le complexe de temples Wat Phou est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO. Sa beauté provient notamment de son ancienneté : ses premiers édifices remontent environ au Vème siècle après Jésus-Christ. Néanmoins, les vestiges encore debout datent généralement du XIIème siècle. Ce site archéologique pré-angkoriense dérobe sous une forêt luxuriante et de hautes montagnes. De nombreuses curiosités se tapissent sur ses terres : le Dvarapala, le Trimurti, ses façades et falaises sculptées, son grand éléphant de pierre, etc. Aussi, le Wat Phou représente à lui seul le dernier monument du Laos portant les traces de l’Empire Khmer : avec son temple de Nang Sida et Tao Tao, et le monastère de Tomo.

Le manifeste de la culture locale

Lao Loum ou Lao Thin, la population de Champassak s’évertue à préserver leur héritage culturel à travers diverses manifestations dont :

Son théâtre d’ombres et de marionnettes

Chaque soir, les résonnements d’instruments traditionnels laotiens font echo dans la ville. Cela annonce la tenue d’une représentation artistique et culturelle d’un groupe de 14 artistes (musiciens, chanteurs, comédiens et marionnettistes). Ceux-ci mettent en scène avec humeur et suspense les aventures du Ramanaya et autres récits du pays.

Le festival du Wat Phou

L’évènement à ne pas rater à Champassak ! Il fait honneur au discours prononcé par Bouddha sur ses premières lois et sur sa propre mort. Il se tient chaque année au fameux temple Wat Phou. Et les 3 jours de festivité ont lieu à partir du 15ème jour de la lune décroissante du 3ème mois (fin janvier-février). Il concorde ainsi avec la grande fête bouddhiste de Makha Busa.

Les pèlerins laotiens (issus des 17 provinces et de la municipalité de Kampheng Nakhon) et des pays voisins (Thaïlande et Cambodge) se rassemblent pour festoyer ( courses de pirogues, jeu attrape-canards, volley-ball, pétanque, combats de coqs et de buffles, danses, quêtes des bonzes, concerts en soirée et multiples divertissements) et pour donner gloire à Bouddha (chants liturgiques, processions, récitations).

Les pérégrinations depuis Champassak

Beaucoup de touristes considèrent cette ville comme un point de départ pour atteindre par bateau quelques merveilles paysagées du Laos dont :

Don Daeng

Cette immense île au sud du Laos plaît pour son côté nature et l’ hospitalité de ses habitants. Idéale pour se ressourcer et profiter de l’horizon, elle offre de paisibles moments sur ses magnifiques plages fluviales durant la saison sèche. Une balade à vélo facilite la découverte de ses multiples mini-villages, de ses superbes temples aux mille couleurs, de ses maisons sur pilotis, et de ses rizières à perte de vue.

Si Phan Don ou les 4000 îles

Parcourir le Mékong à pirogue permet non seulement de jouir d’une traversée confort mais donne également la possibilité d’atteindre les fameuses 4000 îles. Celles-ci séduisent énormément pour leurinspiration purement détente et repos. Don Khon, Don Det et Kon Khon ; ces trois principales îles demeurent un must pour du farniente laotien digne de ce nom. L’ambiance y est parfaite pour flâner, errer à vélo et déguster la magnificence du paysage autour du fleuve.

Le plateau des Bolovens

Ses fascinantes et pittoresques chutes d’eau (Tad Fane, Tad Lo, cascades Itu, Tad Champi, Tad Paxuam, Tat Yuang, Tat Meelok) demeurent les perles de ces hauts plateaux. Beaucoup de touristes en gardent un souvenir de trekking et de randonnées mémorable. Cet endroit est également très prisé pour ses fermes de café biologique, ses diverses plantations (thé, cardamone, fruit, hévéa, teck, etc.), de sols fertiles et sa foisonnante végétation.

Climat

Les meilleurs moments pour découvrir la région et ses parages se situent entre novembre et mars, c’est-à-dire durant la saison sèche. Avec une température annuelle de 26.5°C, il y fait bon vivre durant cette période. Il y fait cependant toujours chaud toute au long de l’année. Et pour les amateurs de trekking , il faut juste savoir que les nuits y sont fraîches.

Cette contrée est dotée d’un climat de savane avec hiver sec avec une pluviométrie annuelle de 4666.1 mm en moyenne. Y voyager en saison des pluies limite le nombre de sites accessibles et rend sa nature plus sauvage.

Comment s’y rendre ?

Depuis la France, poser bagages à cette ancienne capitale royale passe forcément par l’aéroport international de Paksé. C’est depuis cette ville qu’on accède à Champassak :

  • en bus depuis le terminal Sud : le trajet se fait en 1 heure maximum. Les bus sont disponibles au terminal jusqu’à 15 heures de l’après-midi.
  • en songthaew ou taxi collectif depuis la gare routière : pour 20000 kips le voyage

· en mini-fourgonnette : pour 110 000 kips minimum (option uniquement disponible auprès de deux agences de voyage de Paksé : Pakse Travel et Explore Asia)

  • en scooter : cette solution est très commode pour les experts de ces engins, pour un minimum de location de 60000kips par jour selon le modèle
  • en bateau au large du Mékong : il faut 2 heures et demie environ pour combler la distance entre les deux villes

Comment circuler ?

Pour déambuler dans le centre et rapidement atteindre les sites périphériques, il vaut mieux opter pour le scooter. Pour ceux logeant dans cette paisible contrée, le vélo demeure un moyen de locomotion tout aussi intéressant et vivifiant. C’est parfait pour se promener dans les alentours : le long du Mékong et dans les campagnes avoisinantes.

Que faire ?

· explorer le complexe de temples de Wat Phou et peut-être assister à son festival annuel

· visiter les autres temples de la ville : Wat Nyutthitham et Wat Phuthawanaram

· apprécier histoire d’un soir, un spectacle d’ombres façon Champassak

· se détendre au Champassak Spa pour bien préparer sa vadrouille au Laos

  • se prélasser du côté des 4000 îles
  • longer le Mékong à vélo, à moto ou en bateau et savourer la vue sur la berge et sur le large

· programmer quelques jours de trekking et de randonnées du côté du plateau des Bolovens

· faire le tour de l’île losange de Don Daeng et profiter de son calme campagnard

5 photos

Bonjour

Je suis Laurent de "Laos Mood Travel". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+ 856 (0)21 254 366