Ban Khone

Pour ceux qui veulent tenter l’aventure des 4000 îles du Laos, la pittoresque bourgade de Ban Khone est un passage obligé. Cette paisible péninsule se situe au sud de l’humble île de Don Khone. Don Khone qui intègre les trois grandes îles du Si Phan Don ou des « quatre mille îles » : avec Don Det et l’île de Khong (Don Khong).

Lieu de charme et havre de paix, Ban Khone est un village de pêcheurs réputé pour ses noix de coco, son kapok ou coton, et son bambou. En matière de dépaysement, c’est le must. La culture Lao y est prépondérante et y est bien palpable.

Aujourd’hui

Cette localité est marquée par une ambiance campagnarde désœuvrée et pleine d’allégresse. Douceur de vivre et appel à l’évasion y sont bien présents. Tout s’y fait dans la simplicité. Les insulaires y concoctent leur propre encens de bois aromatique pour les cultes bouddhistes et le village a préservé tant ses maisons traditionnelles que des bâtiments de plus de 100 ans datant de l’occupation française.

Il possède un sentier de terre longeant les rives du fleuve Mékong. Sur cette route sont implantées quelques habitations rustiques, des guesthouses ici et là, et une végétation foisonnante. Mais au-delà de ce cadre champêtre, ce hameau d’un ancien temps cache d’intéressants vestiges.

  • Le Wat Khon Tai

Ce temple fait partie d’un des symboles du village de Ban Khone. Il est situé à Ban Khon Tai, à l’extrême sud-ouest de la bourgade. Édifié sur unancien site khmer, il abrite un vieux stupa décrépi et un shiva linga datant de l’Empire Khmer. La latérite de ses bâtisses est éparpillée tout autour du domaine.

  • Eloïse et le vieux chemin de fer

Un peu d’histoire pour commencer. L’île de Don Khone fut gratifiée de son premier chemin de fer en 1893 : l’époque où le Laos rejoignit l’Indochine française. Cette ligne fraîchement établie parcourait la péninsule sur quatre kilomètres : près de Ban Hang Khon jusqu’à proximité Ban Khone . Durant les années 1910, elle fut prolongée de trois kilomètres jusqu’à Don Det pour finir avec un quai au sein du village de Ban Khone. Cette voie ferrée fut cependant définitivement scellée à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Le dernier train sur rails à Don Khone remonte vers les années 1940, suite à l’invasion japonaise.

Aujourd’hui, on peut apercevoir dans ce petit village de pêcheurs les restes d’une des deux locomotives à vapeur à bois d’antan, dotée d’un moteur rouillé et placée sur un bout de voie ferrée. Celle-ci y est exposée dans un vieux dépôt de maintenance. Nommée « Eloïse », elle aurait apparemment vu le jour en 1911 dans les ateliers d’Orenstein & Koppel. Un coup d’œil qui vaut le détour, surtout si l’on étend sa visite avec son vieux quai et son pont ferré.

Actuellement, cette ancienne voie sert aux habitants de cette petite bourgade de route reliant l’île de Don Khone avec celleDon Det. Comment ? A travers le vieux pont de chemin de fer qui enjambe le Mékong. Et en tant que bon débrouillard, les villageois ont recyclé rails et traverses restants pour fabriquer barrière de jardin, poutres, etc.

  • Cascades et chutes au sud

Visiter le village de Ban Khone se réfère souvent à une excursion du côté de ses prodigieuses cascades d’eau dont :

Les chutes de Khone ou Khone Phapheng

De leur puissance, c’est l’unique endroit ou le Mékong est non navigable. Surnommées le Niagara d’Asie, ces spectaculaires chutes impressionnent pour leur côté sauvage, grandiose et leur fort rugissement. Elles font 1 kilomètre de large, 15 mètres de profondeur et ont un débit d’eau de plus de 9 millions de litres à la seconde.

Les cascades Liphi ou TaatSomphamit :

Moins féroces que les chutes de Khone, ces cascades surprennent autant pour leur puissance et pour leur volume. Elles se situent à l’extrême-ouest et à 1 kilomètre de la bourgade. Ces rapides sont accessibles depuis le village par le chemin principal cap sud-ouest ou via un plus petit chemin de terre ombragé qui traverse le Wat. A part ses puissants torrents, on y trouve également des pêcheurs qui s’attèlent avec leurs pièges et leurs filets à poissons.

  • Les dauphins d’eau douce

Fait rare mais pas impossible au Laos : rencontrer les dauphins d’eau douce « Pha kha ». Ces mammifères vivent tout au sud du village de Ban Khon dans la rivière d’Irrawaddy. Pour espérer les voir, il faut se lever aux aurores ou attendre en fin d’après-midi, entre le mois de décembre et mai. On ne peut observer ces animaux sacrés pour les Laotiens que de loin depuis un bateau.

Comment s’y rendre ?

Comme l’île de Don Khone se trouve dans le carré des 4000 îles, le meilleur moyen pour y aller est la voie des eaux. Il faut compter environ 25 minutes en bateau pirogue pour atteindre la péninsule depuisBan Nakasang. Et pour atteindre levillage de Ban Khone, il suffit de le faire à pied ou avec un vélo loué sur place (10000 kips la journée).

On peut aussi accéder à l’île de Don Khone depuis l’île de Don Det par le vieux pont de chemin de fer français. Néanmoins, il faudra s’acquitter d’un droit de 35000 kips (référence 2016)servant de frais d’entrée et de billet pour les chutes de Liphi.

Que faire ?

  • dévaler les sentiers de terre du village où restaurants, maisons d’hôtes et habitations s’y succèdent

· affréter un bateau et partir à la rencontre des Pha kha

· admirer de près les chutes du Mékong et les cascades de Liphi

· voir à quoi ressemble la vieille tête de convoi « Eloïse » et le vieux pont français

  • visiter le Wat Khon Tai
  • s’essayer à la pêche avec les locaux

· profiter du paysage relaxant, ainsi que de l’ambiance désœuvrée et tranquille de la région

4 photos

Bonjour

Je suis Laurent de "Laos Mood Travel". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+ 856 (0)21 254 366